Qui suis-je ?

Je me souviens très précisément de 2 choses que je me disais étant enfant :

  • Moi quand je serai grande, je continuerai à comprendre comment on pense quand on est enfant. Je trouvais que les grandes personnes ne se rendaient pas compte de ce qu’elles nous disaient et nous demandaient. « Il faut voir comme on nous parle… quand on nous parle... »
    L’enfant doit s’adapter au monde des adultes mais l’adulte oublie petit à petit l’univers de l’enfant. Pourtant le bonheur est au rendez-vous chaque fois que l’on se laisse aller... J’ai retrouvé ce sentiment de décalage face « aux grandes personnes » en partageant les tracas de mes filles… Mais cette fois j’étais rassurée : je comprenais encore ce qu’on ressent quand on est enfant… et je me sentais encore en phase avec cet univers.
  • Quand je serais grande, je soignerais les gens, je m’occuperais d’eux. J’avais un peu moins de 4 ans et soignais la voisine « une piqûre qui ne fait pas mal, madame... Etudiante en médecine, j’ai naturellement choisis la pédiatrie : je retrouvais avec bonheur ce contact avec l’enfance et la magie propre à chacune des étapes du développement...

    Lorsque j’ai découvert l’allergie alimentaire, ce frein à l’insouciance qui entrave l’enfant dans son premier plaisir : se nourrir, j’ai naturellement choisi cette spécialité. Au fil de mes consultations, j’ai tenté d’aider ces enfants et leurs familles à retrouver le sourire et surtout le plaisir de se régaler: lourde tâche pour celle qui était censée allonger la liste des interdits alimentaires... Il fallait remettre en cause la façon de faire les courses, tout en gardant le bonheur de cuisiner, de partager...

    Discuter de cela avec ces familles m’a amenée à le faire aussi pour mieux les comprendre. Ainsi, ma passion pour la pâtisserie a grandi au fur et à mesure que grandissait mon amour pour la pédiatrie et le monde de l’enfance que j’avais réussi à garder vivant en moi… Peut être parce que la pâtisserie rapproche ces deux mondes...